Artwork Zelda
Nintendo

35 ans de The Legend of Zelda

La licence The Legend of Zelda fête ce 21 février 2021 ses 35 ans, 35 ans d'une série légendaire.
La licence The Legend of Zelda fête ce 21 février 2021 ses 35 ans, 35 ans d'une série légendaire.

The Legend of Zelda fête cette année son 35e anniversaire, en 35 ans il y a eu 19 titres de la série principal et une vingtaine de projets externes (spin-off ou apparition) autour de la licence. C’est la seconde licence en termes de nombre de jeux de la série principale derrière Super Mario. Depuis le tout premier The Legend of Zelda jusqu’à The Legend of Zelda Breath of the Wild, revenons sur une saga légendaire et son évolution à travers le temps.


Navigation


Naissance d’une légende (1986)

  • The Legend of Zelda (1986, NES)

The Legend of Zelda est en 1986 au Japon, après plusieurs années de développement. Aujourd’hui c’est connu, la licence est née d’un souhait de Shigeru Miyamoto de transmettre les émotions qu’il a eu en explorant les forêts, grottes et lacs dans sa régions autour de Kyoto étant enfant. Mais l’histoire de la licence ne s’écrit pas uniquement sur ce souhait.

Après son succès de Donkey Kong sur arcade en 1981, Miyamoto prend la tête de l’équipe R&D4 chez Nintendo. Il divise son équipe en deux pour lancer les projets de Zelda et Mario en même temps. Shigeru Miyamoto n’est pas seul, avec lui Takashi Tezuka et Toshihiko Nakago, le Triangle d’or selon Satoru Iwata en 2009.

Durant le développement, des idées développées pour un jeu se voit récupérées par l’autre, comme les boules de feu tournantes initialement prévues pour Zelda. Le projet Adventure Title, comme il est nommé à l’époque, est un jeu inspiré de Tower of Druaga, un jeu d’arcade populaire au Japon, où le joueur explore plusieurs niveaux d’un donjon pour sauver une prêtresse enfermée.

L’équipe décide également, lorsque le projet est finalisé pour arriver sur Famicom, que le joueur pourra créer des donjons. Adventure Title avance très vite, et même devance Mario à tel point que l’équipe pense qu’il sortira bien avant celui-ci.

Arrivée du Famicom Disk

Cependant l’arrivée du Famicom Disk, extension permettant de lire des disquettes à la Famicom doit avoir un jeu, et c’est Adventure Title qui en profitera et permettra d’avoir pour la première fois une sauvegarde.

Une sauvegarde qui sera bien nécessaire, car Hydlide qui sort en 1984 au Japon va de nouveau bousculer le développement d’Adventure Title. La carte du monde vue de dessus donne l’idée à Miyamoto et son équipe de créer également une carte pour relier les donjons.

Miyamoto et son bras droit Takashi Tezuka, dessine alors la carte en quelques heures, la partie droite pour Miyamoto et celle de gauche pour Tezuka. Miyamoto en profite pour intégrer tout ce qu’il a pu découvrir dans sa jeunesse en explorant les forêts de Kyoto.

C’est à ce moment que l’exploration prend une place majeure dans la saga. Bien évidemment, The Legend of Zelda ne sinspira pas uniquement sur ces deux jeux, de nombreux autres titres ont inspiré l’équipe.

Le choix de Nintendo de faire de Adventure Title le jeu de lancement de la Famicom Disk, stoppe le projet, en effet la société souhaite un dernier jeu pour la Famicom, Super Mario Bros. devient donc la priorité.

Et cela va de nouveau avoir un impact fort sur la future licence The Legend of Zelda. Durant l’été 1985, sort le film Legend de Ridley Scott, un film racontant l’histoire d’un elfe qui doit sauver une princesse et son royaume d’un seigneur des ténèbres.

Le film montre tous les archétypes du chevalier dans un univers de fantaisie. Miyamoto s’en inspire dans Adventure Title et les titres suivants pour en faire des jeux d’aventure fantaisie avec son héros, un chevalier qui doit sauver une princesse et son royaume.

Naissance de Link et Zelda

Mais il faut créer ce héros, et c’est Tezuka qui s’en occupe. La Famicom étant limitée, de nombreuses contraintes ont guidé le choix de Tezuka. Link va donc se limiter à quelques couleurs, et pour être reconnaissable, il va avoir une grande arme, un grand bouclier, de grande oreille et un bonnet long.

Cela évoque rapidement à l’équipe le personnage de Peter Pan que Miyamoto apprécie beaucoup et s’en inspire notamment pour la couleur de la tunique. Link prend son nom lorsque Adventure Title n’était qu’un jeu d’aventure où le joueur allait faire des voyages dans le temps pour chercher des morceaux de puces.

Mais l’idée fut abandonnée, les puces furent remplacées par la Triforce mais le nom de Link, le lien entre les époques, est resté. Ce héros commencera avec trois coeurs, des coeurs découpés en quart, un découpage trouvé par hasard lorsque que Tezuka et Nakago réfléchissait à des idées sur un tableau devant Miyamoto.

Autre personnage et le plus important, la princesse, elle doit son nom à l’attaché de presse de Miyamoto qui souhaite réaliser un livre d’illustration sur le jeu pour le vendre et faire découvrir Hyrule aux joueurs. Miyamoto refuse mais l’attaché de presse lui présente la photo de Zelda Fitzgerald, femme de l’auteur Scott Fitzgerald.

Shigeru Miyamoto aime bien le nom et décide donc de l’utiliser dès le premier épisode, Adventure Title devient Hyrule Fantasy The Legend of Zelda. Ganon lui viendra de l’inspiration du folklore japonais.

Des musiques partie de rien

La musique prend une place également importante, Koji Kondo, un rare musicien de formation à l’époque dans le domaine du jeux vidéo s’en occupe. Sur des indications très vagues de Tezuka, il arrive à réaliser une bande-son pour conserver les sensations du monde d’Hyrule en musique.

Mais son coup de maître est bien le titre nommé Overworld, le thème iconique de la saga. Si celui-ci a été réalisé en une nuit par l’artiste, il devait à la base être le Boléro de Maurice Ravel, mais les droits d’auteur obligent à abandonner l’idée. La musique fait également partie du gameplay, avec la flûte, premier instrument de la série.

Le jeu est commercialisé sur Famicom Disk le 21 février 1986 au Japon, il place le joueur dans un monde inconnu sans indication. Cela fait d’ailleurs peur à Yamauchi, président de Nintendo, et c’est compréhensible, aucun jeu du genre n’était disponible sur le marché.

Mais rapidement les doutes disparaissent et le jeu rencontre le succès que ce soit au Japon comme dans le monde. Il est le premier jeu à atteindre le million de ventes sur NES. Une suite est donc lancée et ainsi le début d’une saga légendaire.

Gwennaël Maillet
Fan de The Legend of Zelda depuis A Link to the Past, je suis la série et par extension Nintendo, notamment MK, Splatoon, Fire Emblem, Smash ou encore Tetris 99. Également suiveur de l'actualité JV général mais aussi Tech.