Nintendo Switch

L’Arabie Saoudite devient actionnaire de Nintendo

··· GAME OVER ··· Fermeture définitive de GX ··· Pour continuer de suivre l'actualité JV, rendez-vous sur Sylcam.fr ! ···

Nous sommes dans une période particulière du jeu vidéo. D’un côté l’industrie est en pleine mutation avec les rachats massifs et de l’autre on sort d’une pandémie qui a fait explosé le jeu vidéo. Et dans ce contexte les marchés boursier varie beaucoup, entre ces rachats, les baisses du à la fin de la pandémie et ces ventes records, des sociétés comme Nintendo qui vont émettre des actions et etc. Donc un moment opportun pour investir.

L’Arabie Saoudite devient actionnaire de Nintendo

Ainsi c’est le moment qu’à choisie le Fond d’Investissement Public de l’Arabie Saoudite pour prendre 5% de part chez Nintendo. Ce fond est un fond d’investissement géré par le gouvernement, mais comme le précise Bloomberg c’est investissement place le pays comme le 5e actionnaire de Nintendo. La société contacté n’a pas souhaité commenté cette prise de position.

C’est loin d’être la première fois pour le pays d’investir dans l’industrie. En début d’année, le fond d’investissement est arrivé chez Nexon pour également 5%, studio de développement de jeu en ligne sud-coréen. Mais il y a également eu 5% chez Capcom pour plus de 330 millions de dollars d’investit. Sans oublié le rachat progressif de SNK par la fondation du prince Mohammed bin Salman.

Ce fond possède également des parts ailleurs, notamment chez les américains comme Take-Two ou Electronics Arts. Mais aussi chez Activision-Blizzard-King, du moins jusqu’au potentiel accord sur le rachat de la part de Microsoft. Mais le fond est également présent dans d’autres domaines comme le sport.

Alors est-ce que cela va changé quelques chose pour Nintendo ? Absolument que non, mais cela montre que le pays de pétrole tente d’aller vers d’autres secteurs. Cela peut rappeler ce qu’à fait la Chine via Tencent ou NetEase qui possède des studios ou des participations sans intervenir dans la gestion des studios. Mais comme la Chine, l’argent d’Arabie Saoudite provient du régime qui n’est pas tout propre sur la question des droits humain, sociaux ou environnementaux.

Rédacteur en chef
back-red