Nintendo 64
Wikipedia

La Nintendo 64

La Nintendo 64 est une console de Nintendo, elle est une console mythique de la transition vers la 3D du jeu vidéo avec des jeux légendaires

La Nintendo 64 est une console de Nintendo, elle est une console mythique de la transition vers la 3D du jeu vidéo avec des jeux légendaires

La Nintendo 64 est une console mythique et majeure dans l’histoire de Nintendo. C’est elle qui va lancé la société sur la 3D, elle qui accueillie les plus grand passage à la 3D réussie qui ont influé toute l’industrie derrière. Une console a subi quelques choix stratégique de Nintendo qui ne l’ont pas aidé, dans un contexte où une nouvelle concurrence apparait.

Des débuts compliqué

Au début des années 90, Nintendo domine le marché des consoles face à Sega notamment. L’émergence du support CD-ROM fait que Nintendo se tourne vers Sony pour développer une nouvelle console avec ce support. Cependant, le différents sur les royalistes et les droits d’exploitation des licences fait que Nintendo arrête le partenariat.

Sony en rage, décide de poursuivre le développement de la console et lance la PlayStation en 1994. Mais avec l’échec de Sega et du Mega-CD ou encore de Philips et de son CD-i, fait penser a Nintendo que le support n’est pas fait pour le jeu vidéo et enterre tout projet pour rester sur cartouche. En plus des temps de chargement que n’appréciait pas Nintendo.

Nintendo lance le projet “Reality”, un moyen sur le long terme de court-circuiter les consoles 32bits afin de développer une console 64bits. Avec Silicon Graphics (SGI) spécialisé dans les images de synthèse, notamment connu pour Jurassic Park et Terminator 2. Nintendo espère pouvoir bénéficier d’une console nettement plus puissante que celle de la concurrence

Nintendo commence à constituer un groupe de studios de développement chargés de concevoir les premiers jeux à sortir sur Project Reality. Fin mars 1994, Rare et Williams Electronics Games (avec sa filiale Midway) sont les premières sociétés à signer. En guise d’avant-goût, Rare et Midway sortiront deux jeux sur borne d’arcade à la fin de cette même année, Killer Instinct et Cruis’n USA, en présentant la technologie utilisée comme similaire à celle de la future console de salon.

Si le public est impressionné, il se révèle qu’avec le recul que la console disposera d’un matériel bien moins puissant que celui de ces systèmes d’arcade. L’année 1994 est aussi marquée par le succès du jeu Donkey Kong Country sur une Super Nintendo vieillissante. Développé par Rare, le jeu est une première concrétisation de la collaboration de Nintendo avec Silicon Graphics, calculé sur les stations de travail SGI et qui repousse les limites de la console.

Le choix des cartouches

Le 5 mai 1994, Nintendo annonce que le support des jeux de sa future console sera la cartouche. Alors que toutes les autres consoles en développement ont opté pour le CD-ROM dont la capacité de stockage est beaucoup plus importante. La nouvelle refroidit les développeurs et Acclaim est le seul gros développeur à rejoindre l’aventure au cours des mois suivants.

Si d’autres studios entrent dans la course par la suite, tels que Paradigm, Sierra, LucasArts, ou Electronic Arts, aucun d’entre eux n’est japonais. Le projet est renommé « Nintendo Ultra 64 » (NU64) quelque temps plus tard. Une photographie de la console accompagnée d’une cartouche de jeu (mais pas de la manette) est diffusée en mai 1995. Au cours de la première édition du salon Electronic Entertainment Expo ou E3 où Sony fait le show avec sa PS1. 

Nintendo 64
La Nintendo 64 – Wikipédia

La console est finalement présentée en version jouable lors du salon Shoshinkai le 24 novembre 1995. L’événement est un succès et la nouvelle manette munie d’un stick analogique est révolutionnaire. Deux jeux sont présentés en version jouable: Super Mario 64 et Kirby’s Air Ride 64 (qui sortira finalement en 2003 sur Nintendo GameCube).

Onze autres jeux sont présentés sous forme de vidéo : Pilotwings 64, Super Mario Kart R, Wave Race 64, Star Fox 64, Star Wars: Shadows of the Empire, Body Harvest, Goldeneye 007, Blast Dozer, Creator, Buggy Boogie et Zelda 64. La version jouable de Super Mario 64, le prochain Super Mario réalisé en trois dimensions et supervisé par Shigeru Miyamoto, fait sensation. Nintendo annonce également un périphérique destiné à lire un nouveau type de disques magnétiques offrant une capacité de stockage bien plus importante que les cartouches, le 64DD. 

Des rumeurs laissent entendre que la console pourrait être renommée « Ultra Famicom » ou « Famicom 64 » pour le marché japonais, en continuité avec les précédentes consoles de salon de la firme. Finalement le 1er février 1996, Nintendo annonce que sa console portera le nom de Nintendo 64 et ce partout dans le monde. Le nom « Ultra » est abandonné afin d’éviter toute confusion avec le label « Ultra Games » de Konami. 

Une console en retard

Au cours de son développement, la Nintendo 64 connaît d’importants retards et sa sortie est plusieurs fois repoussée. Initialement annoncée courant 1995, une date de sortie mondiale est ensuite fixée au 21 avril 1996. Elle est finalement repoussée à juin car la plupart des jeux annoncés ne sont pas prêts et Miyamoto demande plus de temps pour peaufiner Super Mario 64.

De plus, la sortie en Amérique du Nord n’est prévue que pour septembre. Fin 1995, Nintendo France lance une campagne publicitaire ciblant directement la PlayStation et la Saturn. Celle-ci conseillait au joueur d’attendre la sortie de “l’Ultra 64”, prévue courant 1996, plutôt que de demander une console 32-bits pour Noël.

La console sort finalement le 23 juin 1996 au Japon, avec un catalogue de seulement trois jeux : Super Mario 64, Pilotwings 64 et Saikyō Habu Shōgi. Malgré cela, 300 000 unités sont vendues au lancement grâce à Super Mario 64 qui s’écoule pratiquement en autant d’exemplaires. Mais jusqu’à la sortie de la console aux États-Unis, aucun autre titre ne vient étoffer le catalogue.

Super Mario 64
Super Mario 64 – Nintendo

Lorsque la Nintendo 64 sort le 29 septembre 1996 en Amérique du Nord, la PlayStation et la Sega Saturn sont déjà disponibles depuis plus d’un an. De plus, pour contrer Nintendo, Sony avait décidé de baisser le prix de sa console à moins de 200$. Pour rester compétitif, Nintendo est contraint de baisser son prix à 199$ au lieu de 249$. 

La Nintendo 64 n’atteint l’Europe et l’Australie que le 1er mars 1997. Ce retard entre le lancement américain et européen s’explique par le fait que Nintendo of Europe venait juste de se réorganiser et que l’approvisionnement en consoles fut très mal organisé. La sortie française de la console est cependant repoussée au 1er septembre 1997 en raison d’un plan social au sein de Nintendo France. Ce report n’a pas empêché plusieurs grandes surfaces d’importer des machines étrangères et de les commercialiser à un tarif moyen de 1490F, pendant l’été 1997. La console et sa manette, en version officielle, sont vendues en France à 990F.

Une concurrence difficile

Début 1997, Square soft abandonne Nintendo et part développer que sur PlayStation. C’est un coup dur pour Nintendo qui se voit ainsi privé de l’une des franchises les plus populaires au Japon: Final Fantasy. Ce choix est en partie dû au fait que la PlayStation est devenue leader de son segment à cette date, après plus de 10 ans de leadership de Nintendo dans le secteur des consoles de jeu vidéo. De plus, le support cartouche de la Nintendo 64, limité en termes de stockage, ne permet pas à Square d’inclure les nombreuses scènes cinématiques que comportent ses nouveaux jeux.

Mais cela est aussi du à la politique de Sony, qui pour rappel dans les années 90 est au top. La société est dans le boom du Walkman, des magnétoscopes, des lecteurs CD. C’est l’une des entreprises les plus puissante au monde, et via l’appuie du groupe elle investit. Ainsi elle va financier, édité et nouer de très nombreux partenariats pour alimenté sa console au détriment des autres. Un jeu où Nintendo ne peut pas joué ayant des finances plus légère. Un jeu qui ressemble à ce que fait Microsoft en 2022.

PlayStation (1)
La Sony PlayStation – Wikipédia

Bien que la console rencontre un bon succès sur les premiers mois, la Nintendo 64 n’égale pas la PlayStation. Les choix de Nintendo avec ces cartouches plus compliquées pour les développeurs font fuir ces développeurs vers une PlayStation moins compliqué et plus vendue. Le tout en pouvant recevoir de l’aide financière de PlayStation.

Faire des portages du support CD vers cartouche est extrêmement difficile du fait de la différence de la technique de compression. En 1998, Ocarina of Time est lancé et relance les ventes de la console qui s’essouffle. En 1999, Nintendo lance le 64DD, un support pour internet mais qui se révèle être un échec car trop en retard. La fin de vie de la console à l’aube de l’an 2000, est rythmée aux quelques sorties de jeu comme Majora’s Mask, Smash Bros, Pokémon ou encore Mario Party.

Au total c’est près de 33 millions de consoles qui ont été vendu, soit bien moins que la Super Nintendo. Et c’est bien loin des 100 millions qui sont franchie pour la première fois par PlayStation. Le premier échec de Nintendo, bien que certain de ces jeux sont devenu des légendes et des piliers du jeu vidéo moderne. Et tandis que certaine licence phare son né sur cette console.

La console aura droit à ces accessoires, comme la Memory Expansion qui ajoute un supplément de mémoire vive obligatoire pour certains jeux comme Zelda Majora’s Mask. La manette aura droit au Rumble Pak qui ajoute les vibrations chose unique à cette époque. Ou encore au Transfer Pak qui permet de transférer des données entre la Nintendo 64 et une cartouche de Game Boy Color.

Quelques informations sur la Nintendo 64 :

  • Plus de 32.9 millions de N64 vendus dans le monde
  • Près de 225 millions de jeux vendu sur la console
  • Quelques jeux légendaire de la console : Super Mario 64, The Legend of Zelda : Ocarina of Time, Super Smash Bros., Golden Eye 007 et bien autres.

Top 10 des jeux Nintendo les plus vendu sur Nintendo 64 :

JeuxDate de sortie européenneVentes
Super Mario 64199711.9 millions
Mario Kart 6419979.9 millions
Golden Eye 00719978.1 millions
The Legend of Zelda : Ocarina of Time19987.6 millions
Super Smash Bros.19995.6 millions
Pokémon Stadium20005.5 millions
Donkey Kong 6419995.3 millions
Diddy Kong Racing19974.9 millions
Lylat Wars19974 millions
Banjo-Kazooie19983.7 millions

Sources :

Grand fan de la licence The Legend of Zelda depuis A Link to the Past. Également fan de Splatoon, de Fire Emblem, Civilization ou encore Xenoblade Chronicles. Joue aussi à de nombreuses autres licences comme Mario Kart, Smash, Pokémon, SimCity etc... Aussi suiveur de l'actualité tech.